Syndrome de l’intestin irritable : quand l’intestin fait des nœuds ! (1/2)

0

Modifié le

Vous souffrez de ballonnements, spasmes, flatulences, troubles du transit intestinal ?

Les maux de ventre surviennent au moins un jour par semaine, généralement après les repas et ce, depuis au moins 6 mois ? Vous avez des difficultés à refermer le bouton de votre pantalon après avoir mangé ?

Vous êtes alors sûrement concernés par le syndrome du côlon irritable, appelé également syndrome de l’intestin irritable ou colopathie fonctionnelle.

Ce syndrome peut être contraignant car occasionne une gêne et des douleurs de manière régulière.

Qui concerne-t-il ?

Longtemps ignoré du grand public, le syndrome de l’intestin irritable touche aujourd’hui environ 10 à 20 % de la population, et survient notamment chez les femmes entre 30 et 40 ans.

On retrouve une prédominance chez les terrains stressés depuis l’enfance, qui éprouvent des difficultés à lâcher prise avec toujours le désir de bien faire et une dépendance au regard de l’autre. L’élément déclencheur peut aussi bien être un choc émotionnel dans l’enfance ou un sentiment profond d’injustice.

Le diagnostic de ce syndrome est posé lorsque les médecins spécialistes ont éliminé les autres possibilités de pathologies intestinales, à savoir, le cancer du côlon, la maladie de Crohn et la maladie cœliaque.

Syndrome de l’intestin irritable : définition

Le syndrome de l’intestin irritable est défini comme un dérèglement du fonctionnement normal du gros intestin, aggravée par le stress, l’anxiété, l’hypersensibilité…et souvent liée à une alimentation peu adéquate, moderne (transformations subies).

On assiste à un dysfonctionnement de l’intestin grêle en premier lieu : ce dernier, comportant des lésions et des inflammations au niveau de sa paroi, est particulièrement sensible et ne peut plus assurer correctement sa fonction de digestion de certains aliments. En conséquence, la muqueuse intestinale est moins étanche et laisse la porte ouverte à des agents infectieux.

intérieur intestin irritable

Il en résulte ainsi certaines intolérances alimentaires chez les personnes concernées. Sur le plan mécanique, les contractions de l’intestin grêle et du côlon s’effectuent à une fréquence inadaptée : trop rapidement chez les personnes sujettes aux diarrhées, trop lentement chez les individus souffrant de constipation ou en alternance des deux.

Intestin irritable : quelles sont les causes ?

Nous savons instinctivement que notre ventre, appelé également « le deuxième cerveau », régit en partie nos émotions et garantit notre santé qui dépend avant tout, d’un bon équilibre entre nos deux cerveaux, reliés par le nerf vague.

Mais par quel « mécanisme » le ventre est-il le premier organe à être touché lorsque nous sommes soumis à des émotions ?

Pense-t-on avec notre ventre ?

Notre ventre abrite un réseau d’au moins 20 neurotransmetteurs (identiques à ceux du cerveau supérieur), en liaison directe avec le cerveau, de même, il produit 80 % des cellules immunitaires qui nous protègent contre les maladies.

Le ventre est en effet l’expression de notre cerveau ; la plupart du temps, nos deux « cerveaux » communiquent en bonne intelligence et s’entendent à merveille. Malheureusement, il peut arriver que la communication ne s’établisse plus correctement, c’est ainsi que des pathologies digestives peuvent survenir telle que le syndrome du côlon irritable.

Homme ayant le syndrome de l'intestin irritable

Ce qui est surprenant, c’est que le S.I.I ne se manifeste par aucune anomalie organique. Aucune expression biologique n’est observable dans les différents examens réalisés, ce qui s’avère peu rassurant pour les patients. Pourtant, les souffrances sont bien présentes et ces derniers, perçus comme des « hypocondriaques » de la part de certains médecins, attendent des solutions…

Dans le cadre des échanges entre tube digestif et système nerveux, le stress et l’anxiété figurent parmi les plus importants stimuli. Lorsque notre cerveau identifie une situation contrariante ou stressante, son ambition est de régler le problème en se procurant de l’énergie auprès de l’intestin, via des fibres nerveuses. Ce dernier, consomme alors moins d’énergie pour la digestion et ralentit sa propre irrigation sanguine. Plus le stress sera chronique, moins l’intestin pourra fournir de l’énergie pour son travail de digestion. Moins bien irriguées et moins bien protégées par une muqueuse trop fine, les parois de l’intestin sont plus fragiles, c’est ce qu’on appelle la « perméabilité intestinale ».

Le stress favorise l’inflammation de la muqueuse, d’où les douleurs abdominales lorsqu’une contrariété survient.

Au final, qui est responsable de ces symptômes invalidants ? la tête ? le ventre ? La moëlle épinière ? Ou tout à la fois ? Certains médecins croient beaucoup au rôle du système nerveux central. Le cerveau « digestif » et la moelle épinière sont aussi inévitablement impliqués et tous ces éléments sont étroitement liés.

Quelles sont les manifestations et les conséquences sur l’organisme du syndrome de l’intestin irritable ?

La personne atteinte du côlon irritable, ressent généralement ces trois symptômes principaux :

  • Douleurs abdominales
  • Ballonnement abdominal et flatulences
  • Troubles du transit : constipation, diarrhée ou alternance des deux

Les autres manifestations intestinales :

  • Soulagement de l’inconfort abdominal par la défécation
  • Selles impérieuses (difficilement retenues)
  • Evacuation incomplète des selles
  • Selles recouvertes d’un mucus, montrant que la muqueuse est bien inflammée

D’autres symptômes invalidants, peuvent venir se greffer tels que :

  • Fatigue
  • Sommeil peu réparateur
  • Anxiété, troubles de l’humeur, déprime
  • Divers malaises : palpitations cardiaques, sueurs, nausées, remontées gastriques…
  • Troubles génitaux (chez la femme)
  • Douleurs articulaires

Toutefois, on distingue deux formes de colites :

  • Une colite douloureuse : avec spasmes, ballonnements, fatigue chronique et constipation
  • Une colite non douloureuse (plus insidieuse car ne donne pas de signal d’alarme) : état de fatigue, nervosité, irritabilité…

Dans les deux cas, la personne sujette à la colite n’est ni bien dans sa tête, ni bien dans son corps.

Les conséquences de ce syndrome du côlon irritable ne sont pas anodines :

Prenant compte que les intestins représentent le siège de l’immunité, la personne concernée par ces troubles se trouvera avec des défenses immunitaires diminuées.

La colite entraine un phénomène de fermentation et de putréfaction intestinales, de manière permanente qui va ralentir l’assimilation des nutriments et l’élimination des déchets. Si une fermentation / putréfaction se loge dans un coude des intestins (constitués de plusieurs virages), elle y restera plus longtemps que la normale, ce qui déclenchera une irritation de la muqueuse.

Bactéries et virus intestin

C’est pourquoi le colopathe mettra deux fois plus de temps à digérer qu’une personne saine, d’où une sensation de fatigue, des problèmes de constipation voire une prise de poids (mauvaise élimination).

Les rhumatismes peuvent également être une conséquence de ce syndrome. On peut constater une inflammation au niveau des articulations. En effet, au niveau de la muqueuse intestinale, le sang ne s’accapare pas uniquement les bons nutriments apportés par l’alimentation mais absorbe aussi des agents infectieux, du fait des jonctions desserrées, intoxiquant les différents organes et glandes.

Est-ce que le syndrome de l’intestin irritable peut disparaître/ réapparaître ?

Il existe des traitements naturels, des régimes alimentaires et des méthodes de relaxation visant à limiter au maximum l’aggravation des symptômes voire les stopper pour une certaine période.

Toutefois, il s’agit d’un syndrome dont les symptômes sont fluctuants, alternant des périodes de crise avec des périodes de rémission. Généralement, les régimes alimentaires doivent être maintenus toute la vie pour retrouver un certain confort digestif.

Pour savoir comment atténuer le syndrome de l’intestin irritable de manière naturelle, nous vous invitons à lire notre article : Syndrome de l’intestin irritable : des solutions naturelles !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.