Huiles essentielles : comment sont-elles fabriquées ?

0
Flacon d'huile essentielle avec une fleur

Modifé le

Bien avant que l’utilisation des huiles essentielles ne se démocratise et qu’elles deviennent à la mode, il y avait des guérisseurs qui avaient accès aux bienfaits des huiles essentielles en faisant des cataplasmes, des baumes et des tisanes à partir des plantes brutes. En fait, la médecine végétale a été le seul médicament pendant des milliers d’années jusqu’à ce que l’industrie pharmaceutique commence à offrir d’autres options. Maintenant, alors que le balancier oscille de la prescription à tout va vers la puissance des plantes, c’est le moment de bien comprendre ce que sont les huiles essentielles, comment elles sont faites et comment les utiliser efficacement sans risques.

 5 huiles essentielles à avoir absolument à la maison

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Une huile essentielle est l’extraction de l’essence aromatique d’une plante – l’huile  » quintessentielle  » de cette plante. Chaque plante a sa propre explication pour la fabrication de ces essences. Dans certains cas, l’essence attire les pollinisateurs ou repousse les prédateurs. Dans d’autres, l’huile empêche les espèces concurrentes voisines de pousser trop près. Une huile essentielle peut même servir de système antimicrobien intégré pour protéger la plante et la débarrasser des parasites.

Les huiles essentielles sont créées par les structures glandulaires de la plante, en surface ou en interne. Si vous touchez une feuille de lavande, par exemple, vous pouvez sentir l’odeur de l’huile essentielle sur le bout de vos doigts depuis les glandes d’huile externes. Avec une plante comme l’eucalyptus, il faut casser la feuille pour accéder aux composés aromatiques. Dans les deux cas, lorsqu’il s’agit d’incorporer des huiles essentielles au bien-être, il est souvent plus pratique et plus accessible de travailler avec une huile essentielle concentrée que la plante brute elle-même.

Comment les huiles essentielles sont-elles fabriquées ?

Il y a deux façons principales de recueillir l’huile essentielle d’une plante : la distillation, la méthode la plus ancienne et la plus courante, et l’expression, la plus couramment utilisée avec les huiles d’agrumes. Une nouvelle méthode appelée extraction par CO2 supercritique gagne en popularité mais n’est toujours pas considérée comme courante par la plupart des aromathérapeutes. Les concrètes et absolues, souvent utilisés en parfumerie naturelle, nécessitent une extraction par solvant et ne sont pas considérés comme « purs », bien qu’ils soient d’une valeur inestimable pour le parfumeur naturel. Toutes les méthodes exigent une connaissance approfondie de la manière et du moment de récolter le plant pour obtenir un rendement maximal des arômes en termes de qualité et de puissance.

1. Distillation à la vapeur.

La méthode la plus courante de production d’huiles essentielles est la distillation à la vapeur d’eau. Avec cette technique, la vapeur passe à travers une grande trémie (comme un panier à vapeur dans votre cuisine) contenant des matières premières végétales, ce qui fait que les plantes libèrent leurs composés aromatiques, qui s’évaporent et montent avec la vapeur d’eau dans un système de refroidissement fermé au-dessus de la chambre à vapeur.

Lorsque la vapeur d’eau combinée à la vapeur végétale est refroidie dans une autre chambre appelée condenseur, la vapeur se transforme en liquide. De là, ils se dirigent vers un séparateur, où ils se divisent en eau au fond et en huile sur le dessus. L’eau contient les parties solubles dans l’eau (hydrophiles) de l’essence de la plante, c’est pourquoi l’eau restante est appelée eau florale, ou hydrosol. Les composés aromatiques solubles dans l’huile s’élèvent jusqu’au sommet de l’hydrosol dans une couche séparée, qui peut être décantée : C’est l’huile essentielle de la plante.

schéma expliquant le procédé de distillation des huiles essentielles

Cette même procédure est utilisée pour l’hydrodistillation, où le produit végétal est en fait immergé dans l’eau, et pour l’hydrodiffusion, où la vapeur est introduite par le haut plutôt que par le bas dans les plantes. Toutes les plantes médicinales ne peuvent pas supporter cette méthode d’extraction à haute température, c’est pourquoi d’autres méthodes existent.

2. Expression

Les huiles d’agrumes sont obtenues par expression (également appelée pressage à froid, le premier étant un procédé à température contrôlée). Les pelures sont d’abord piquées sur toute leur surface pour percer les cellules contenant les huiles, et/ou trempées dans de l’eau chaude, puis pressées mécaniquement. Le liquide pressé et la pulpe sont ensuite centrifugés et séparés en jus d’agrumes et huile essentielle. Les écorces d’agrumes sont souvent obtenues en vrac comme sous-produit de l’industrie du jus d’agrumes, c’est pourquoi beaucoup de ces huiles essentielles (citron, orange) sont facilement disponibles et peu onéreuses. La contamination par les pesticides est une réelle problématique à prendre en compte lors du choix de son huile essentielle d’agrumes, c’est donc une très bonne raison pour investir dans des huiles certifiées biologiques.

3. Extraction par solvant

Le reste des huiles aromatiques, qui ne sont pas techniquement considérées comme des huiles essentielles, sont obtenues à l’aide de solvants : hexane, éther diméthylique ou dioxyde de carbone supercritique. Avec l’hexane et l’éther, le résidu est généralement inférieur à 10 ppm (parties par million), ce qui est assez négligeable. Le moins toxique de ces solvants, cependant, est le dioxyde de carbone (CO2) – comme dans l’air que vous venez d’expirer.

Dans cette méthode, qui gagne en popularité, le solvant, le CO2, est placé dans une chambre avec le matériau végétal. La chambre est ensuite soumise à une pression extrême (100 à 200 fois la pression atmosphérique normale), à environ 28 degrés Celsius. La combinaison d’une légère augmentation de la température et d’une forte augmentation de la pression place le CO2 dans un état « supercritique ». C’est un concept un peu scientifique pour le commun des mortels, mais c’est simplement un état dans lequel le CO2 est en partie liquide et en partie gazeux (comme du brouillard dense), ce qui permet aux composants aromatiques de la plante de se dissoudre dans le nuage de CO2.

Le CO2 supercritique, qui contient maintenant des composés aromatiques extraits, est séparé de la matière première végétale restante, puis ramené à la pression atmosphérique normale, où le dioxyde de carbone ne peut exister que sous forme de gaz. Lorsqu’il redevient gazeux, il ne laisse derrière lui que la partie aromatique extraite de la plante. Il n’y a littéralement aucun résidu du solvant dans l’extrait de CO2 restant parce que le solvant est passé physiquement d’un état supercritique à un gaz pur. C’est un truc très cool et très cher, donc son utilité est encore assez limitée.

4. Enfleurage

Il y a longtemps, on utilisait une technique appelée enfleurage pour capturer l’essence de fleurs délicates comme le jasmin et la fleur d’oranger – les fleurs étaient mélangées à du gras animal et pressées entre des morceaux de verre. Après quelques jours, les fleurs étaient retirées et remplacées par des fleurs fraîches – ce processus était répété pendant plusieurs cycles jusqu’à ce que le gras soit aussi riche que possible en arôme souhaité. Cette technique est beaucoup moins utilisée aujourd’hui, car la plupart des gens ne veulent pas que leurs produits de beauté soient d’origine animale. Dans la plupart des cas, les concrètes et les absolues ont pris la place de l’enfleurage.

procédé d'enfleurage des pétales de roses pour faire des huiles essentielles
Enfleurage de pétales de rose

Huiles essentielles : concrètes et absolues

Une concrète (une sorte de pâte) est fabriquée en combinant des matériaux végétaux, un solvant (hexane ou éther) et des cires ou résines. Une fois combiné, le solvant est éliminé par chauffage modéré sous vide (environnement à pression négative). Le composé cireux restant est la concrète, qui peut être utilisé pour créer des parfums à base d’alcool. A partir de là, la concrète est rincée avec de l’alcool éthylique, ce qui permet d’extraire les arômes les plus légers de la concrète. Le mélange d’alcool éthylique est ensuite distillé de nouveau, ce qui élimine presque tout l’alcool (>95 %), laissant ainsi les composés aromatiques extraits sous la forme d’un absolue. Les parfumeurs naturels utilisent fréquemment des absolues pour incorporer des plantes comme le tabac, la mousse de chêne, le jasmin et la rose.

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles sont utilisées depuis des siècles en aromathérapie, parfumerie, médecine et soins de la peau. Il y a de nombreuses déclarations récentes sur les bienfaits des huiles essentielles sur la santé. Surtout depuis qu’elles sont de plus en plus répandues sur le marché. Bien qu’il y ait encore beaucoup de recherches à faire sur le potentiel de guérison des huiles essentielles, il est clair qu’elles sont puissantes et doivent être utilisées avec prudence. Voici quelques méthodes simples et efficaces pour utiliser les huiles essentielles dans votre vie quotidienne :

1. Inhalation et diffusion

L’inhalation est l’une des manières les plus faciles pour utiliser les huiles essentielles dans votre foyer. Vous pouvez utiliser un diffuseur, verser quelques gouttes dans votre bain, ou les verser dans un mouchoir. Il y a de plus en plus d’études qui démontrent que l’inhalation de certaines huiles essentielles peuvent aider dans certaines pathologies comme les migraines et l’anxiété.

2. Application locale

La plupart des huiles essentielles sont trop acides pour être appliquées non diluées, directement sur la peau, à quelques exceptions près. Une de ces exceptions est l’huile essentielle de lavande. Il existe des preuves à l’appui que l’huile essentielle de lavande a des propriétés analgésiques (soulageant la douleur), anti-inflammatoires et antibiotiques topiques, ce qui la rend très pratique à avoir dans les parages en cas de brûlures ou de piqûres de moustiques.

Les huiles essentielles peuvent également être appliquées sur la peau sous forme de soins de la peau. Bien sûr, toutes les huiles ne sont pas appropriées pour les soins de la peau, et la concentration est importante, alors assurez-vous de bien vous renseigner avant !

3. Produits d’entretien ménager

Certaines huiles essentielles, comme la lavande, la cannelle, le géranium et le thym, ont de puissantes propriétés antibactériennes, ce qui en fait un excellent choix pour les produits d’entretien ménager à faire soi-même. De plus, vous récolterez les bienfaits de l’inhalation de ces belles odeurs !

Cet article vous a plu ? N’hésiter pas à le partager avec vos proches et de nous donner vos conseils et astuces dans les commentaires 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.